• M. Pokora se produisait dans la mythique salle du Zénith de Paris le samedi 12 mai, un concert qui avait été annoncé par le chanteur presque un an auparavant. Nous noterons que l'évènement était déjà complet en janvier, soit deux mois avant la sortie du nouvel album de Matthieu nommé "A La Poursuite Du Bonheur". Dès 17h, on ne peut même plus apercevoir la fin de la file d'attente.


    Une première partie convaincante

     

    C'est le chanteur de pop-rock Matthieu Mendès qui ouvre le show ce soir. On lui doit plusieurs titres du nouvel album de M. Pokora, notamment le tube "Juste un instant". Il séduit la majorité du public dès la première chanson. Accompagné de sa guitare, d'un batteur et d'un bassiste, le chanteur sait comment assurer le spectacle ! Il nous annonce qu'il remonte sur scène pour la première fois depuis trois ans et que cet accueil du public le laisse "juste ouf", comme il dit. La reprise de "Firework" de Katy Perry version rock fait l'unanimité, le public reprend en cœur le célèbre refrain. Matthieu quitte la scène sous de nombreux applaudissements. Nous sommes tout de même déçus de constater qu'il n'a interprété que quatre morceaux. Mais l'impatience du public se fait de plus en plus sentir. Il attend le second Matthieu qu'il est venu voir !

     

    Une mise en scène impressionnante

     

    Après un entracte de vingt minutes et une arrivée remarquée de la chanteuse Shy'm, un compte à rebours d'une minute apparaît sur des écrans géants. Les six mille personnes présentes entrent en extase en criant en chœur (ou presque) : "10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1...". Une vidéo démarre alors. On y voit le chanteur en plein désert, énonçant sa propre définition du bonheur. "Si au cours de cette soirée vous y avez trouvé ce sentiment universel, alors j'aurai accompli une partie de ma mission. Et vous, la vôtre". Ce sont les mots de conclusion. Matthieu fait enfin son apparition sur scène sous les cris déchaînés de la foule. Les personnes présentes dans les gradins se lèvent pour apprécier la première chanson du concert qui est "Cours", le titre le plus représentatif du dernier album de Matt Pokora, celui qui correspond à sa définition du bonheur. Les titres s'enchaînent rapidement, accompagnés de chorégraphies spectaculaires. Celle du morceau "Encore + fort" nous laisse sans voix. Le chanteur n'est pas particulièrement communicatif avec ses fans durant la première partie du spectacle qui est plus centrée sur le "show à l'américaine", ce qui n'est pas sans nous rappeler les Timberlake ou Usher. On voit que les danseurs et les musiciens prennent autant de plaisir que Matthieu sur scène. Les tubes "Elle me contrôle" et "Dangerous" sont revisités. Retour dans les années 20 ! Il s'agit sans doute d'un clin d'œil de la part du chanteur à l'émission "Danse avec les stars" qu'il a remporté l'année dernière. C'est une vraie réussite ! La salle se transforme en véritable boîte de nuit lors de "On est là". Ça saute de partout et tout le monde chante le refrain à s'en casser la voix.

     

    Une fin de concert des plus intimes

     

    Matthieu nous apprend qu'il s'est enfin mis au piano et qu'il va jouer un morceau ce soir. Après quelques plaisanteries, il se dirige vers l'instrument. La chanson qu'il interprète est "Ma poupée". Ce titre est celui qui a probablement le moins convaincu les fans... Du moins sur l'album ! Car ce soir, au piano, c'est un véritable succès ! "Prochaine tournée : deux morceaux, promis", déclare le chanteur. Plus le concert se poursuit, plus Matt est proche de son public en parlant avec lui et en plaisantant entre chaque chanson. Après le très beau titre "Mes rêveurs", toute l'équipe de Matthieu, dont son manager, monte sur scène pour lui faire une surprise : l'artiste reçoit son disque de platine. Il a vendu plus de cent mille exemplaires de son dernier album en un mois et demi, ce qui est beaucoup pour un français ! Il fait une "photo souvenir" avec le public, puis demande à toutes les filles de danser sur le prochain morceau qui est "Merci d'être", chanson dédiée aux femmes et nouveau single de M. Pokora. Après un explosif "A nos actes manqués" dont la chorée est dansée par tout le public, le show se termine avec une reprise du titre "Hallelujah" de Leonard Cohen. Il s'agit sans doute de la meilleure interprétation de la soirée. Le chanteur ne commet aucune faute.

     

    Après presque dix ans de carrière, Matt Pokora a prouvé qu'il est toujours au meilleur de sa forme. Beaucoup de "non fans" étaient d'ailleurs présents, simplement pour admirer le jeu de scène du showman. Ce soir, l'artiste a également voulu montrer que cette image du "Player" de ses débuts est terminée. Il n'a en effet chanté que deux chansons de cette époque, et pas en entier. Mais nous pensons qu'un "Mal de guerre" n'aurait pas été de trop. Ce concert à Paris a plongé la foule dans un sentiment de bonheur pendant près d'une heure et demie. Sa mission est réussie. Et une chose est sûre : nous serons présents à Bercy le 16 décembre pour la dernière date de cette grande tournée !

     

    Setlist du concert :

     

    Cours

    Encore + fort

    Juste une photo de toi

    Le temps qu'il faut

    Pas sans toi

    Elle me contrôle / Dangerous

    Mon évidence

    Si tu pars

     

    Présentation des danseurs

     

    Danse sur ma musique

    On est là

     

    Présentation des musiciens

     

    Mourir ce soir

    Ma poupée

    En attendant la fin

    Mes rêveurs

    Merci d'être

    A nos actes manqués

     

    Rappel

     

    Juste un instant

    Hallelujah


    Live Report : M. Pokora + Matthieu Mendès @Zénith de Paris (12/05/2012)  Live Report : M. Pokora + Matthieu Mendès @Zénith de Paris (12/05/2012)  Live Report : M. Pokora + Matthieu Mendès @Zénith de Paris (12/05/2012)  Live Report : M. Pokora + Matthieu Mendès @Zénith de Paris (12/05/2012)  Live Report : M. Pokora + Matthieu Mendès @Zénith de Paris (12/05/2012)  Live Report : M. Pokora + Matthieu Mendès @Zénith de Paris (12/05/2012)  Live Report : M. Pokora + Matthieu Mendès @Zénith de Paris (12/05/2012)  Live Report : M. Pokora + Matthieu Mendès @Zénith de Paris (12/05/2012)  Live Report : M. Pokora + Matthieu Mendès @Zénith de Paris (12/05/2012)

    Photos non professionnelles.


    1 commentaire
  • Pendant mon absence de dix jours, beaucoup de groupes que j'apprécie ont sorti des nouveaux titres. Et aucun de m'a déçue.

     

    Tout d'abord, parlons de "Unsustainable" du trio britannique Muse. Cette chanson est extraite de leur nouvel album à paraître le 1er Octobre en France. Il a beaucoup fait parler sur Internet, car on y retrouve le fameux dubstep est qui un genre de musique plutôt électro (c'est-à-dire loin de l'univers habituel de Muse). Pour ma part, j'ai adoré ce morceau dès la première écoute. J'avais déjà beaucoup aimé "Survival". Ce nouvel album s'annonce excellent.

     

    "Kill the DJ" de Green Day était le titre que j'avais le plus hâte d'écouter. Alors soyons clair, la chanson est d'une grande simplicité, répétitive, les paroles ne volent pas haut... mais moi ça me suffit. C'est Green Day, ils ne vont pas chercher l'inspiration très loin et on y est habitué depuis quelques années déjà. Pour certains groupes comme Linkin Park ou Simple Plan, j'attends toujours d'eux qu'ils nous sortent quelque chose de nouveau, car je sais que c'est leur but. Ce n'est pas le cas de Green Day et ça me convient. L'album "Uno!" sortira le 24 Septembre.

     

    "You'll never know" de The Maine ou le titre où j'ai accroché au bout de cinq secondes... ce groupe de pop/rock fait partie des meilleurs à mes yeux. En plus, John a quelque chose que les autres chanteurs n'ont pas forcément : il peut "jouer" avec sa voix, la faire sonner différemment selon les morceaux. Du coup, on n'a jamais l'impression d'entendre la même chanson.

     

    Et le meilleur pour la fin (selon moi) : All Time Low annoncent que leur cinquième album se nomme "Don't Panic" et qu'il sortira le 9 Octobre (donc le 8 en France je suppose) ! J'espère qu'il se vendra mieux que "Dirty Work", le précédent album, pour que le quatuor revienne jouer dans notre pays. Pour ceux qui ne l'auraient pas entendu, voici l'excellent premier extrait de "Don't Panic" qui avait été dévoilé au début de l'été : The Reckless And The Brave.

     


    votre commentaire
  • Me voilà revenue de vacances. Et ce n'est pas parce qu'on part et qu'on n'a plus Internet qu'on n'écoute plus de musique ! Voici donc mon Top 5 de la semaine qui vient de passer. Un nouveau est à venir demain, vu qu'on sera déjà vendredi.

     

    1. SIMPLE PLAN - This song saved my life (Live 2012) entrée

    2. MARY HAS A GUN - Le lien (2010) entrée

    3. ALL TIME LOW - Keep the change, you filthy animal (2009) entrée

    4. LINKIN PARK - Until it breaks (2012) entrée

    5. LINKIN PARK - Roads untraveled (2012) entrée


    Cliquez ici pour voir les anciens Top 5.


    votre commentaire
  • Je pars en vacances pendant  à peu près une semaine. Le blog sera donc remis à jour à partir du lundi 13. Et comme je suis trop sympa, je vous poste les dernières nouveautés musicales qui me plaisent :

    Green Day - Oh love 

    Sébastien Lefebvre - My dear

    Muse - Survival

    Justin Bieber - As long as you love me

     

    Et cette chanson est loin d'être une nouveauté, mais je suis retombée dessus récemment et j'avais presque oublié à quel point ce clip était excellent :


    votre commentaire
  • Nouveau Top 5 :

     

    1. SUM 41 - Speak of the devil (2007) entrée

    2. SIMPLE PLAN - Grow up (2002) entrée

    3. LINKIN PARK - Powerless (2012) entrée

    4. BILLY TALENT - Fallen leaves (2006) entrée

    5. GREEN DAY - Do da da (2002) entrée



    Cliquez ici pour voir les anciens Top 5.

     

    De plus, le groupe que j'ai le plus écouté durant le mois de Juillet est Linkin Park.


    votre commentaire
  •  

    "Living Things" de Linkin Park (Critique)


    Artiste / Groupe : Linkin Park

     Album : Living Things (leur 5e album)

     Date de sortie : 25 Juin 2012 (en France)

    Autres précisions : le groupe a commencé à travailler sur l'album alors qu'ils étaient en pleine tournée. De plus, il est sorti deux ans à peine après le précédent alors que les albums de Linkin Park sortaient à trois ou quatre ans d'intervalle. Cet opus était annoncé comme un mélange de tous les précédents.


    01. Lost in the echo [2e single] : l'album s'ouvre sur un des morceaux qui est censé nous rappeler les premiers albums de Linkin Park. Et en effet, les couplets rappés, les refrains chantés et le pont crié nous renvoient à l'époque de Hybrid Theory et Meteora. Pour moi, cette chanson est une vraie réussite et c'est l'une de mes préférées de l'album. 8,5/10

    02. In my remains : bien que ce titre paraisse un peu trop "simple", j'adère totalement. J'ai hâte de voir ce qu'il va donner sur scène. Pour une fois, les couplets chantés ne me dérangent pas. 10/10

    03. Burn it down [1er single] : le premier extrait révélé qui n'avait pas convaincu les fans plus que ça. Mais avec du recul, on se rend compte que finalement ce morceau est loin d'être mauvais. Je pense que les fans étaient surtout effrayés à l'idée que tout l'album soit semblable à celui-ci, ce qui est loin d'être le cas. 7,5/10

    04. Lies, greed, misery [single promo] : il s'agit de la seconde chanson révélée quelques semaines avant la sortie de l'album. Le début laisse certes très perplexe à la première écoute, mais on finit par s'y faire très rapidement. De plus, le morceau est excellent en concert ! 8,5/10

    05. I'll be gone : tout comme "In my remains", le rap est absent dans cette chanson. Chester Bennington chante tout le long. Et encore une fois, ça ne me déplait pas. Le refrain est plein d'énergie. Chanson de live. 8/10

    06. Castle of glass : en écoutant cet album, on se dit : "c'est bien, on retrouve effectivement un mélange de tous les albums, mais un peu de nouveauté ce serait sympa aussi". Il suffisait de demander ! "Castle of glass" est clairement le meilleur titre de cet album selon moi. On ne saurait même pas dans quelle catégorie le classer : Pop/Rock ? Electro ? C'est un tout nouveau genre, tout simplement. Et j'aime beaucoup quand Mike Shinoda et Chester Bennington chantent ensemble. 10/10

    07. Victimized : on change complètement d'ambiance avec cette chanson qui est probablement la plus attendue du public. Elle est tout d'abord spéciale par sa courte durée (1:37). Les médias l'annonçaient comme "un second 'Qwerty'". Le batteur Rob Bourdon est particulièrement mis en avant ici. On imagine déjà les nombreux pogos si la chanson est jouée en concerts. Elle commence par quelques lignes de chant de Mike Shinoda, puis on entend Chester Bennington crier des "Victimized, victimized, never again !" Et on a enfin droit à un rap de Mike des plus impressionnants sur le second couplet. Le refrain revient, et c'est finit. Au bout du compte, il n'y a que le rap de Mike que j'apprécie vraiment. La chanson fait baclée et c'est comme si le groupe voulait nous dire : "regardez, on sait encore crier". Je préfère un bon "Qwerty" ! 6/10

    08. Roads untraveled : on entend... des bruits de cloches. Non ce n'est pas Pâques, c'est simplement "Roads untraveled" qui commence. Il s'agit de la première "vraie" balade de Living Things. Bien que j'ai eu du mal à accrocher le refrain au début, je suis maintenant complètement accro à cette chanson. En fait, en y repensant bien, il n'y a pas une seule balade de Linkin Park que je n'apprécie pas. 9/10

    09. Skin to bone : la plus grosse déception de cette album pour moi. Bien que le refrain soit plutôt sympa, il y a je pense un gros problème au niveau de l'instrumentale. La batterie sonne boîte à rythme et la guitare et la basse sont complètement invisibles, recouvertes par l'électro. En fait cette instru pourrait limite servir pour les chansons commerciales de rap/électro qu'on entend à la radio. Mais Linkin Park est bien loin de tout ça. Les performances vocales de Chester sauvent vraiment la chanson. 4/10

    10. Until it breaks : on a enfin droit à un vrai rap de Mike ! Son flow me laissera toujours sans voix. Pour une fois, Chester est très peu présent. Et à la fin du titre : surprise (enfin non en fait puisque je le savais déjà mais on va faire comme si) ! Le guitariste Brad Delson chante ! Et on peut dire qu'il se débrouille vraiment bien ! 7,5/10

    11. Tinfoil : il s'agit de la seule instru de l'album. Elle sert d'intro pour la prochaine et dernière chanson, "Powerless". Bien sympa cette instru... 8,5/10

    12. Powerless : l'album se termine donc sur une balade, comme Linkin Park nous ont habitué ces dernières années. Et comme d'habitude, c'est une vraie réussite (même si pour moi, "The little things give you away" reste la meilleure chanson de tous les temps pour conclure un album). 10/10

     

    Note moyenne : 8/10

    Conclusion : Living Things reste dans l'ensemble un très bon album. Je m'attendais à ce que le "Old LP" se retrouve un peu plus. Mis à part "Lost in the echo" et "Victimized", on reste dans l'ère Minutes To Midnight et A Thousand Suns (ce qui n'est pas pour me déplaire). Seul détail : je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer certains points communs entre quelques chansons de cet album et le précédent. Exemples : "Burn it down" sonne comme "Blackout" au début ; il en est de même pour "Powerless" avec "Burning in the skies". Peut-être que quelques mois de plus en studio n'auraient pas fait de mal à Linkin Park.

     

    Mon classement des albums de Linkin Park :

     

    1. A Thousand Suns

    2. Minutes To Midnight

    3. Living Things

    4. Hybrid Theory

    5. Meteora


    votre commentaire
  • Le groupe punk-rock Simple Plan se produisait à Talence le 26 avril dernier. Il s'agissait de la dernière date de la grande tournée française des cinq québécois. Comme tous les précédents, le concert affichait complet.

     

    Une première partie des plus efficaces

     

    Pour cette tournée européenne, le groupe américain We The Kings est chargé d'assurer la première partie. Et c'est un très bon choix ! Le style musical du groupe se rapprochant énormément de celui de Simple Plan, le public est conquis dès les premières secondes. La première chanson du concert est "She takes me high", un titre très efficace qui réveille immédiatement la foule. Il semblerait que plusieurs fans de We The Kings soient présents, car beaucoup connaissent les paroles et n'hésitent pas à chanter avec Travis. Le groupe communique beaucoup avec le public entre les morceaux en essayant d'intégrer les quelques expressions françaises qu'ils connaissent dans leurs phrases : "Bonsoir", "Bon appétit"... La première partie se conclue par "Say you like me" et "Check yes Juliet", deux des plus grands succès de We The Kings.

     

    Un début de concert rempli d'énergie

     

    Après vingt minutes d'attente, le temps de changer le décor, les instruments et de régler quelques problèmes de son, nos cinq québécois arrivent enfin sur scène. Une intro jouée à la batterie précède la première chanson qui est "Shut up!", l'une des chansons les plus punk et rock du groupe. De quoi satisfaire d'entrée la foule. Le public a à peine le temps de souffler que "Can't keep my hands off you" démarre déjà. Puis vient le mythique "Jump", le morceau parfait pour se déchaîner, mais aussi pour attraper des bleus. Pierre Bouvier, le chanteur, prend ensuite quelques minutes pour saluer les fans. Et c'est reparti ! "When I'm gone", "Addicted", "Thank you"... Les chansons les plus agressives et efficaces du groupe s'enchaînent à pleine vitesse. Entre sauts et pogos, les fans s'amusent comme jamais.

     

    Un groupe très proche de son public

     

    Le concert prend ensuite une tournure plus intimiste avec des chansons telles que "Your love is a lie" ou "Astronaut" qui sont des titres plus posés. Bien évidemment, les blagues sur les expressions françaises sont inévitables. "Je kiff, ça déchire !" déclare le bassiste David Desrosiers pour se moquer gentiment des français. Ils nous apprennent aussi quelques expressions québécoises. Ils s'appellent eux-mêmes les "cousins québécois avec un accent bizarre". Puis Pierre Bouvier demande "Qui est venu pour faire la fête ? Est-ce que vous savez faire la fête en France ?" Un "party medley" commence alors. Le groupe reprend "Moves like jagger" de Maroon 5, "Dynamite" de Taio Cruz et "Sexy and I know it" des LMFAO, le tout accompagné d'une danse... façon Simple Plan. Pierre rend hilare la foule. Vient ensuite le tube "Jet lag". Dès les premières notes, le public devient "complètement malade", comme le dit si bien David. Ce dernier assure les parties de Marie-Mai, absente pour ce concert. Il déclare à la fin de la chanson : "En France on n'est pas jet lagged parce que c'est un peu comme notre deuxième maison". Mais Simple Plan ont réservé d'autres surprises pour leurs fans ! Leur premier album "No Pads, No Helmets... Just Balls" a récemment fêté ses dix ans de parution. Le groupe a donc décidé de faire plaisir à ses fans de la première heure en jouant un medley de cinq chansons de cet opus très punk. Moment d'émotion sur "This song saved my life", la chanson du dernier album "écrite par les fans, pour les fans", déclare le batteur Chuck Comeau.

     

    Un final irréprochable

     

    Le groupe décide qu'il est temps de reprendre l'ambiance du début. C'est parti pour "I'd do anything" ! Pendant le pont, David Desrosiers pose sa basse à terre et demande au public de se rapprocher le plus possible. Pierre chante "I close my eyes, I can't forget you" et lorsque le dernier refrain reprend, David saute dans la foule. Une fois remonté sur scène, il crie : "vous êtes des dingues !" Pendant "Loser of the year", Pierre met un tee-shirt où "Bordeaux" est inscrit dessus. Il a déclaré que cette chanson est sa préférée à chanter sur scène et ça se voit ! Il saute partout en faisant des "L" avec ses doigts. Nous avons ensuite droit au célèbre "I'm just a kid". On entend plus la foule chanter que Pierre sur le premier couplet : "I woke up it was seven...". Le groupe quitte la scène et le chanteur revient seul. Il chante "Crazy" en acoustique, de quoi calmer un peu les fans, et la rend encore meilleure que l'originale. Il prend ensuite le temps de remercier tout le monde d'être venu en promettant de revenir le plus vite possible et commence à chanter "Perfect". Pierre chante toujours seul et en acoustique jusqu'au premier refrain, puis il est rejoint par le reste du groupe pour terminer la chanson. Chaque membre lance ensuite dans la fosse baguettes, médiators, bouteilles d'eau, serviettes... Et après deux heures de spectacle intense, le groupe quitte la scène.

     

    Simple Plan ont prouvé une nouvelle fois qu'ils étaient toujours au meilleur de leur forme malgré le fait qu'ils commencent à avoir quelques années. Leur dernier album "Get Your Heart On!" a bien été représenté. Mais le groupe a surtout joué huit chansons de son premier album et cinq de son second ! Le troisième, quant à lui, n'a été représenté que par deux titres. En tout cas, on a vraiment hâte de revoir nos "cousins québécois" dans notre pays, ce qui est apparemment prévu pour la fin de l'année.

     

    Setlist de We The Kings :

     

    She takes me high

    Skyway avenue

    What you do to me

    Secret Valentine

    We'll be a dream

    Say you like me

    Check yes Juliet

     

    Setlist de Simple Plan :

     

    Intro / Shut up!

    Can't keep my hands off you

    Jump

    When I'm gone

    Addicted

    You suck at love

    Thank you

    Your love is a lie

    Astronaut

    Summer paradise

    Moves like jagger / Dynamite / Sexy and I know it

    Jet lag

    The worst day ever / When I'm with you / My alien / You don't mean anything / God must hate me

    This song saved my life

    Welcome to my life

    I'd do anything

     

    Rappel

     

    Loser of the year

    I'm just a kid

     

    Rappel

     

    Crazy

    Perfect


    Live Report : Simple Plan + We The Kings @Espace Médoquine, Bordeaux (26/04/2012)  Live Report : Simple Plan + We The Kings @Espace Médoquine, Bordeaux (26/04/2012)  Live Report : Simple Plan + We The Kings @Espace Médoquine, Bordeaux (26/04/2012)  Live Report : Simple Plan + We The Kings @Espace Médoquine, Bordeaux (26/04/2012)  Live Report : Simple Plan + We The Kings @Espace Médoquine, Bordeaux (26/04/2012)  Live Report : Simple Plan + We The Kings @Espace Médoquine, Bordeaux (26/04/2012)  Live Report : Simple Plan + We The Kings @Espace Médoquine, Bordeaux (26/04/2012)  Live Report : Simple Plan + We The Kings @Espace Médoquine, Bordeaux (26/04/2012)

    Credit photos : simpleplan.cz


    1 commentaire
  • The Maine

    Le groupe que j'aimerais vous faire découvrir aujourd'hui est The Maine. John O'Callaghan, Kennedy Brock, Jared Monaco, Garrett Nickelsen et Pat Kirch forment le groupe de pop/rock originaire d'Arizona. Ils se sont formés en 2007 et ont à leur actif trois albums :

    - Can't Stop, Won't Stop (2008)

    - Black & White (2010)

    - Pioneer (2011)

    Je vous poste une chanson de chaque album, on peut ainsi y voir l'évolution flagrante au fil du temps :


    votre commentaire